Des scientifiques découvrent quatre nouveaux scarabées buprestes

Août 2011

Une équipe de deux chercheurs en République tchèque a découvert quatre nouvelles espèces de scarabées de la famille des Buprestidés.


Présentée dans la revue ZooKeys, l’étude révèle que le genre Philanthaxia (initialement décrit par Deyrolle en 1864 avec l’espèce Philanthaxia curta, puis révisé en 1997 par le scientifique tchèque Svatopluk Bílý) est essentiellement oriental dans sa distribution, à l’exception de quelques espèces qui atteignent l’Australasie. découverte scarabées - deyrolle
Cette découverte porte à 65 le nombre d’espèces du genre Philanthaxia. 

« Toutes ces nouvelles espèces appartiennent au genre Philanthaxia », explique Oto Nakládal, co-auteur de l’étude, du département de protection des forêts et de gestion du gibier à l’université des sciences de la vie de Prague, qui a collaboré avec le Dr Bílý (l’auteur principal) de la même université.
La Thaïlande héberge la nouvelle espèce P. Pseudoaenea, et les îles indonésiennes de Borneo, Lombok et Sumatra sont la patrie de P. jakli, P. chalcogenioides et P. lombokana. Le duo de chercheur souligne que la biologie de ces espèces reste aussi inconnue que leurs plantes hôtes, car elles ont été collectées auprès de la population locale. 

Les chercheurs ont également décrit le dimorphisme sexuel de Philanthaxia iris, une espèce initialement décrite à partir d’une seule femelle provenant de Java. On ne connaissait pas alors le mâle. Grâce à un collecteur local disposant d’un spécimen de Java, l’équipe a pu combler cette lacune. 

Cette famille de coléoptères porte en anglais le nom commun de « jewel beetle » (scarabée joyau) en raison de leurs couleurs étonnantes et brillantes, et de leurs formes surprenantes. Ils mesurent entre 6,2 et 9,8 mm de long, avec des formes elliptiques modérément complexes. Le dos est noir, mordoré, ou les deux avec une dominante violette sur les côtés. Les antennes et les pattes sont dans les tons noirs et violets, l’abdomen est mordoré, et le ventre noir et violet. 


Dans le monde entier, les chercheurs soulignent l’importance des inventaires de la biodiversité de zones particulièrement riches comme l’Asie du Sud-est, à cause de l’accroissement des extinctions résultant de l’évolution rapide des habitats naturels. 


Les experts confirment que de nombreuses espèces sont en danger ou même éteintes en restant totalement inconnues de la science. 

« L’humanité n’est même pas en mesure d’évaluer réellement les pertes dues aux extinctions », déclare le Dr Nakládal. « En effet, chacune de ces espèces est le résultat de millions d’années d’évolution et d’adaptation, et chacune a par conséquent un rôle unique dans les écosystèmes. »


- Pour plus d’informations, consulter les sites :
- de l’Université tchèque des sciences de la vie, Prague en cliquant ici 
 


- de la revue ZooKeys en cliquant ici


Source des informations :
Université tchèque des sciences de la vie, Prague
(via Cordis actualités) Référence du Document : B¡lì, S., & Nakládal, O. (2011) Four new species of the genus Philanthaxia Deyrolle, 1864 from Southeast Asia and comments on P. iris Obenberger, 1938 (Coleoptera, Buprestidae, Thomassetiini). ZooKeys 116 : 37447. DOI : 10.3897/zookeys.116.14


Accueil du site | Contact | Plan du site | Espace privé | Statistiques | Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site LE MAGAZINE  Suivre la vie du site DECOUVERTES SCIENTIFIQUES   ?

site realise par serafi avec spip 1.9.2d + ALTERNATIVES

Creative Commons License